26 janv. 2012

20 déc. 2011

Sophie Cuvelier aime investir toutes sortes de lieux
pour en modifier la perception.Une bodega, une boutique de luxe, un appartement
et pourquoi pas une galerie d'antiquités,
qui est par définition le lieu des rencontres les plus improbables ?
Les temps s'y bousculent et les styles s'y entrechoquent.
Mais si éclectiques soient-ils, les objets donnent l'impression de se répondre de manière cohérente. De faire partie du même monde.
Sophie Cuvelier se passionne pour ces dialogues improbables.
Et elle aime y apporter sa touche.
Ses fragiles lustres en papier de soie interrogent
la puissante matérialité des bustes en marbre.
Ses montages aériens et fébriles narguent la perfection transmise au fil des siècles par les artisans d'art de toutes les disciplines.
En somme elle force l'éternel à se contempler dans l'éphémère.
Le solide dans le fluide. Le sérieux dans l'illusoire.
Et le jeu fonctionne à merveille.
Montées en guirlandes ou en lustres volumineux,
ses pastilles de papier jouent la dérision parmi les moulures et les dorures d'époque.
Des myriades de gros points blancs clairsemés de tâches colorées soulignent
la vanité des choses avec humour et courtoisie.
On croirait voir des bulles dans le ciel de Pompéi. Texte : Dann Chétrit


chez Françoise > Nice





installation Galerie Romain/Olivier/Geoffrey GINAC Nice